Actualités

Comment lutter contre la rétention d'eau ?

Santé & Prévention - Publiée le 01/08/2022
Également appelée "œdème", la rétention d'eau correspond à une accumulation d'eau sous un tissu du corps humain. S'en suit un gonflement qui peut apparaître à plusieurs endroits.

Êtes-vous sujet à la rétention d'eau ?

Généralement, les gonflements liés à la rétention d'eau apparaissent au niveau des jambes, des chevilles et des pieds. Ils sont généralement accompagnés d'une sensation de lourdeur, de crampes, d'une raideur des jambes ou de doigts qui gonflent.
En accumulant de l'eau, le corps peut faire état d'une prise de poids. Les personnes touchées peuvent prendre 2 à 3 kilos rapidement selon les cas.

Comment identifier la rétention d'eau ?
Exercez une pression du doigt sur la zone enflée. En le retirant, la peau doit reprendre sa forme initiale. Dans le cas contraire, il est possible que vous soyez sujet à la rétention d'eau. 

En cas de doute, consultez votre médecin.

Pourquoi fait-on de la rétention d'eau ?

La rétention d'eau peut subvenir lorsque vous conservez une position assise ou debout de manière statitque sur une longue durée. Elle peut également être due à : 
  • une grossesse,
  • la malnutrition,
  • la pilule contraceptive,
  • une pathologie des reins (néphropathie),
  • un trouble cardiaque,
  • des problèmes de thyroïde
  • la prise de certains médicaments contre l'hypertension et les coticostéroïdes.

Comment prévenir et traiter la rétention d'eau ?

Pour contenir la rétention d'eau, quelques habitudes peuvent être prises : 
  • Boire de l'eau afin de faciliter son élimination par le corps.
  • Boire du thé vert dont la composition riche en caféine facilitera le drainage de l'eau en excès.
  • Éviter les aliments riches en sucres, sel et gras.
  • Manger des aliments riches en vitamine C et en antioxydants (chocolat en poudre non sucré, noix, artichauts bouillis..) afin qu'ils protègent les capillaires lymphatiques et veineux.
  • Cuisinez à l'aide de vinaigre de cidre. En reconstituant le potassium de l'organisme, il régule le taux de sodium responsable des oedèmes.
  • Évitez de consommer des crudités en trop grande quantité.
  • Privilégiez les vêtements amples.
  • Surélevez vos jambes lorsque cela est possible.
  • Portez des bas de contention.
  • Faites-vous masser.
  • Pratiquez une activité physique douce telle que la marche ou la natation.
  • Évitez la chaleur.

Traitement de la rétention d'eau : qui consulter ?

Option 1 : le kinésithérapeute

Pour traiter les problèmes de jambes lourdes, de rétention d'eau ou de varices, il est possible de consulter un kinésithérapeute. En procédant à une technique de massage particulière, le professionnel effectue un drainage lymphatique. 
La lymphe est un liquide biologique qui circule au sein du réseau de vaisseaux de notre organisme et qui permet d'en éliminer les déchets. Par le billet d'un massage, le kinésithérapeute favorise la circulation de la lymphe et réduit les gonflements liés à la rétention d'eau.

Option 2 : Le phlébologue

Un phlébologue est un médecin spécialisé dans le traitement du système véneux (vaisseaux, veines et réseau lymphatique).
Il peut être consulté en cas de jambes et/ou chevilles gonflées, de varices et lors d'une la grossesse ou de la ménopause (périodes les plus propices aux changements hormonaux qui altèrent le fonctionnement de l'organisme).

La première consultation consiste à analyser le mode de vie du patient, ses symptômes et ses antécédents familiaux. Le phlébologue procèdera ensuite à une palpation des zones atteintes par des oedèmes.
Afin de traiter la pathologie et selon l'état de santé du patient, il prescrira médicaments, bas de contention, massages...

En termes de tarif, le coût de la consultation est variable entre les professionnels : 25 euros pour un praticien de secteur 1 ; de 25 à 60 euros en moyenne pour un spécialiste conventionné de secteur 2 à honoraires libres.
A noter : en cas de sollicitation directe d'un phlébologue, la Sécurité sociale remboursera 30% des frais. Ce taux atteint 70% si vous respectez le parcours de soins coordonnés.
Cet article vous a-t-il été utile ?
Retour à la page actualités